les néphiles cordeurs #microfiction

néphile dorée

C’est bon, le harnais est prêt ? Min, la lémurienne est cool mais distraite, c’est mon interprète en communication sensible. Ma wingsuit en scoby vient d’être équipée d’un harnais par une équipe de cordeurs malgaches. Ils finissent le 1er filin. J’enfile la combine et l’équipe grimpe sur mon dos. Je prends mon élan et saute de la falaise. Un vol de quelques secondes et nous atterrissons sur l’autre berge. J’attache le filin et les néphiles entament aussitôt la construction du pont.

Retour au village

péniche

29 mars 112 de l’ère postorwellienne, 2096 ancienne ère

Nous revenons de quelques lunes passées sur les îles. Avec la petite tribu nous remontons le fleuve et nous entrons dans la grande forêt. Nous sommes joyeux et excités car nous allons retrouver des amis, de la famille, des personnes nouvelles, les enfants un peu grandis, les anciens un peu plus courbés. Ce sera une grande fête …

Nous raconterons des histoires, nous jouerons de la musique, nous participerons aux jeux. Après quelques jours, le calme reviendra et nous échangerons de nouveaux savoirs, de nouveaux savoirs-faire et des choses de la mer contre des choses de la forêt.
Maintenant que je suis très âgée, je regarde avec bonheur grandir en âge et en expérience les gens que j’aime dans ce pays sauvegardé, redevenu agréable à vivre. L’essentiel de mon temps, je le passe à raconter des histoires aux petits enfants.
Il n’en a pas toujours été ainsi. Je suis née au tout début des grandes insurrections. Ma famille avait anticipé l’effondrement des mondes. Elle s’était engagée avec détermination dans la reconstruction, bien avant les chutes de la dernière civilisation. Dès tout bébé, dans les bras de ma mère, j’appris à parler aux arbres, à déchiffrer le langage des oiseaux et à soigner les maux du corps et de l’esprit. Devenue adulte je fis partie des nomades, de ceux qui tissèrent les réseaux. Ensemble, avec les écovillages, les oasis, les tribus nomades et les communes, nous avons imaginé et construit la suite du monde. Nous avons planté des forêts, des fleurs et des légumes. Nous avons accueilli des égarés par centaines, puis par milliers. Il y eut des pertes, il y eut des tempêtes, mais nous avons vécu et nous avons encouragé la vie.
Ces souvenirs, émaillés de tristesse, de colères, de peurs et de joie, illustrent mes récits et les enfants apprennent à grandir en écoutant.

Le Jardin des Simples, un ermitage de santé

Jardin des Simples

Date dernière version : 2019-03-29

Vision

Jardins des Simples

Le Jardin des Simples est un ermitage de santé. Il est un lieu de repos, de vitalité et d’harmonie au milieu des arbres, des fleurs et des animaux. Nous nous y trouvons l’équilibre entre le corps, l’âme et l’esprit par un contact intime avec la nature.

Lire la suite

Attribution des terres agricoles

nuit étoilée
Nuit étoilée , via Wikimedia Commons “Perseiid”, Martin Mark [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]
La nuit est belle et les étoiles guident sa route. Gaël arrive bientôt à l’Assemblée des Douze Communes. Ce soir c’est lui qui animera la commission d’attribution des terres. Une vingtaine de jeunes coopératives de maraîchage attend la délibération de l’Assemblée avec enthousiasme. Toutes savent que l’important est de soigner et de multiplier la vie, quelque soit le terrain à prendre en charge.

Lire la suite

Un danger plus grand que le réchauffement climatique dans ce thriller 100% scientifique

Résistants, Thierry Crouzet, éditions Bragelonne.

Une terrible vérité, un danger plus grand que le réchauffement climatique, la résistance aux antibiotiques est poursuivie dans ce thriller essoufflant et époustouflant, scientifique et politique.
Depuis ma visite à Thierry Crouzet lors du tour eutopique 2016*, j’attends avec impatience la sortie de Résistants, dont j’ai suivi avec intérêt l’aventure de l’écriture sur son blog et les débuts de ce projet sur wattpad. Je viens de le dévorer avec un mélange de frayeur et d’avidité.

Résistants
Résistants, Thierry Crouzet, éd. Bragelonne, 2017.

Lire la suite

Jeu de société – la 1ère partie publique

Jeu de société - 1ère partie

La première partie du Jeu de société a lieu au café ubuntu La Bascule à Rennes lors de la semaine utopique. Le public présent est composé de 4 adultes, 3 enfants d’une dizaine d’années et moi-même comme animatrice. Le jeu n’ayant pas de règle pour le déroulement d’une partie, nous lisons dans un premier temps les cartes. Les enfants surtout mais aussi les adultes posent des questions sur l’interprétation des cartes. Celui qui croit savoir ou comprendre propose une explication. Cela se fait très librement. Parfois ce sont les enfants qui proposent une explication.

Lire la suite

Montauban 2050, transition terminée. Par F. Bosqué

I have a dream, J’ai fait un rêve…

Par Frédéric Bosqué, coordinateur de l’écovillage Tera

28 juillet 2012, Africajars. Article précédemment paru sur revenudebase.info.

En 2050, ma vFrédéric Bosquéille aura une constitution et une monnaie citoyenne. Sa constitution préservera notre bien commun et étendra nos libertés individuelles. Sa monnaie complémentaire à l’euro et locale distinguera socialement ceux qui contribueront à cette utilité commune.

Ainsi, la mission première de ma commune sera de préserver dans le temps la santé de ses citoyens et visera sans relâche à leur donner les moyens de choisir au mieux leur existence pour expérimenter le chemin de leur propre bonheur dans le respect des humains et de la nature.

Lire la suite

eutopie*

summercamp_viaXavier_15
* du préfixe grec « eu », bon, bien, vrai et « topos », lieu, espace, l’eutopie est le lieu, du bonheur, du bien-
être, de la vraie vie.

#eutopies en 2016

a été un moment de nomadisme à la rencontre de bons, de vrais, de beaux lieux, pour une vie plus juste, plus
libre et plus fraternelle, à la recherche d’expérimentations du vivre-ensemble pour un mieux-être.
Sujets d’exploration : nature, art, technique, habitat, politique, monnaie, santé, agriculture, éducation, communication ;

Lire la suite

nous oublierons certains mots…

coquelicot

Ville, urbanisme

Nous oublions la ville et l’urbanisme, car ce sont les territoires de la centralité, de la hiérarchie, des systèmes pyramidaux au profit du village, du hameau, de l’oasis. Nos villages comptent au maximum 2000 habitants. Zone, zonage : Nous laissons la zone car nous sommes en dehors et de notre point de vue ce sont les autres qui sont dedans.

Lire la suite